INTERSTELLAR, à la découverte de l’univers

interstellar

La Terre est devenue inhabitable, l’air devient irrespirable et la vie est menacée. Un groupe d’explorateurs décide d’aller explorer de nouvelles planètes pour trouver la meilleure pour accueillir la vie humaine. Voilà en quelques lignes le synopsis du nouveau film de Christopher Nolan, Interstellar. Après une promo très réussie où des scènes du film étaient diffusées au compte goutte, Interstellar est enfin sorti dans nos salles, j’ai donc couru avec l’Abricot  dans une salle obscure et voyager dans l’univers.

 

Christopher Nolan (Inception) nous entraîne dans un voyage spatial hors du commun. Pour ce film, le réalisateur a consulté un astrophysicien spécialiste de la théorie de la relativité, rien n’est donc laissé au hasard. Pour les néophytes, comme moi, nous découvrons donc dans ce film les trous de ver, les trous noirs, les galaxies, les théories de la relativité et du temps. Le spectateur découvre la voie lactée et les galaxies comme nous ne les avons jamais vu auparavant, tout est pensé avec minutie, les décors sont grandioses. Pour éviter de trop utiliser des fonds verts, le vaisseau spatial a été entièrement construit, ce qui rend certaines scènes vraiment réalistes. Au-delà de l’aspect purement esthétique du film, l’histoire est vraiment passionnante et les relations humaines très appuyées et intenses. J’ai beaucoup pleuré et frissonné en suivant ces explorateurs de l’espace. Cependant, j’avoue quand sortant du film il a fallu me ré-expliquer plusieurs passages… Je pense que je le verrais une deuxième fois pour bien comprendre  toutes les théories énumérées.

Du côté des acteurs, j’attribuerais une mention spéciale à Matthew McConaughey. Il est particulièrement poignant dans son personnage de Cooper, ancien pilote d’essai de la NASA, reconverti en agriculteur. Il tient le film à lui tout seul. Même s’il est entourée de la belle Anne Hathaway, elle reste, elle, dans son ombre. Le personnage qu’elle joue Amelia Brand, une chercheuse de la NASA a du potentiel mais l’actrice reste fade et a du mal à exploiter son rôle.

Le film dure 2h49 mais on ne voit pas le temps passé. La beauté des paysages, des mondes, l’histoire, les acteurs… Tout est réuni pour faire de ce film un succès cinématographique.

La mangue

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s