CRASH TEST : LES SERIES ROMANTIQUES A TO Z ET MANHATTAN LOVE STORY

A-to-Z-avec-Ben-Feldman-et-Cristin-Milioti_portrait_w858

Cette année, dans les nouvelles séries qui ont vu le jour, certaines ont de grandes similarités, abordant chacune à leur façon le même thème : l’amour.

Vous allez me dire que ce n’est pas nouveau,  qu’il est toujours question de relations amoureuses dans les séries. Seulement maintenant, c’est le point d’ancrage de la série,le pitch de base, cela ne concernent que deux personnages et non plus un groupe d’amis avec leurs tribulations sentimentales.

Je vais me concentrer majoritairement dans cet article sur deux séries en spécifique : A to Z et Manhattan Love Story.

Manhattan-Love-Story-Poster-ABC

Dans les deux cas, le spectateur est amené à observer l’histoire sentimentale qui va se nouer entre deux personnages, dès le premier épisode jusqu’à la fin de la série.

On le dit franchement, l’idée est d’observer une relation amoureuse, ses hauts et ses bas et de se focaliser essentiellement sur cette union plus que sur la vie des individus.

Avant la vie des individus était prétexte pour parler des relations amoureuses, ici on ne cherche plus de prétexte.

Dans la même mouvance mais avec des différences plus notables, on peut aussi citer You’re the worst qui a décidé de proposer un penchant plus ironique et sans taboo par rapport aux deux séries, plus fleur bleue, citées plus haut.

 

En effet A to Z et Manhattan Love Story reprennent quand même bien la recette des comédies romantiques hollywoodiennes un peu cul cul, avec des rebondissements qui n’étonnent personne. On sait déjà ce qui va se passer, les engueulades ne sont que prétextes à rebondissement,pour mettre des bâtons dans les roues des protagonistes mais, finalement, à la fin ils vécurent heureux et blabla. On fait rencontrer deux personnages, apparemment très opposés, qui finalement tombent amoureux.

 

Des différences entre les deux séries?

 

Pour A to Z, dès le générique il est expliqué qu’on va nous présenter l’histoire d’amour entre Andrew et Zelda de leur rencontre à la fin de leur relation, cela joue un peu sur la vague du film 500 jours ensemble, tout est déjà écrit, et on suit la relation du début à son hypothétique fin. Ici, on met plus l’accent sur la formation d’une relation. On retrouve Cristin Milioti la mère d’How I met Your Mother, qui reprend un peu le même personnage. Dans cette série, le garçon est le grand romantique et la fille l’handicapée des sentiments. Il y a donc une inversion des rôles dans ce qu’on a l’habitude de voir.

La série démarre quand même très fort, où on nous les présente déjà très fous l’un de l’autre.

Ça se regarde, c’est mignon, un peu drôle.

Pour Manhattan Love Story, on reprend plus le stéréotype des comédies romantiques et des clichés sur les hommes et les femmes. Dans les premières minutes de la série, l’homme ne regarde que les seins des femmes et la femme ne regarde que les sacs à main.

Le gars est présenté comme un gros con qui enchaîne les filles, imbu de sa personne, et la fille, une nana un peu perdue dans sa vie, qui exprime ses sentiments, maladroite mais tout en restant mignonne. Et bien sûr, ils se rencontrent dans un rencard arrangé, ça ne se passe pas bien et finalement chacun apprend à apprécier la compagnie de l’autre. L’originalité, si on peut dire, de la série vient du fait que l’on entend en voix off les pensées des deux personnages principaux. Finalement on se rend compte qu’ils sont un peu moins clichés qu’ils n’en ont l’air mais la série n’est pas non plus une grande révolution.

Là aussi ça se regarde facilement, les acteurs sont beaux, ils ont une bonne alchimie mais ce n’est pas non plus transcendant.

Deux séries avec des points de vue un peu différents mais qui suivent quand même la même ligne directrice. Les questions que je me pose sont : ces séries vont-elles perdurer plus d’une saison? Le côté très fleur bleue et cul cul va t’il intéresser les spectateurs? Vont-il accrocher à cet atmosphère marshmallow? Le public ne va t’il pas zapper dès les premiers épisodes?

Et si les séries réussissent à trouver un public, ces séries peuvent-elles avoir une longueur de vie de plusieurs saisons ? Auront-elles beaucoup de choses à raconter ? Ne va-t-on pas se lasser de suivre seulement la vie d’un couple?

Moi qui suis plutôt amatrice des comédies romantiques au cinéma, car c’est léger, car on sait déjà ce qui se passe et qu’on aime se bétifier un peu devant cette illusion glamour du couple, j’ai bien peur qu’en même de me lasserà la longue devant ces séries, même si elles sont sympathiques, elles n’apportent pas grand chose. Le monde des séries propose beaucoup plus de matière en général et a su concurrencer le cinéma par ses scénarios et ses idées novatrices, ici c’est un peu l’inverse, on va à reculons avec un genre déjà usé qui aurait bien besoin de se renouveler.

La Pomme

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s