RAY DONOVAN, la vie de famille d’un gangster

ray donovan

Ray Donovan fait partie du grand panel de séries que j’ai découvert cet été. J’ai vite été conquise par ce bad boy en costard.

La série démarre sur Ray Donovan venant en aide à une star de la chanson. Cette dernière s’est réveillée à côté d’un cadavre dans un hôtel. Très vite on comprend que Ray est chargé de régler les problèmes des stars et des riches de Los Angeles. Je me suis dit qu’il y avait comme un air de déjà vu avec la série Scandal (je ferais un article sur cette série ultérieurement). J’ai quand même laissé sa chance à Ray Donovan et je n’ai finalement pas été déçue. Petit à petit, ce n’est plus le règlement des problèmes des stars que la série nous décrit mais ceux de la vie, compliquée, de Ray. Son père Mickey sort de prison et tue un prêtre. Son frère, Bunchy, est anorexique sexuel car il a été violé par un prêtre dans son enfance et son autre frère Terry est atteint de la maladie de Parkinson, qu’il a développé à cause des coups qu’il prenait en boxant. Ray hait son père et se sent le protecteur de ses frères. Il est marié à Abby avec laquelle il a eu deux enfants : Bridget et Conner. Très vite on se rend compte que la vie du couple est loin d’être parfaite, pleine de non dits et de sous entendus. Ray délaisse sa famille pour son travail.

 

On a affaire à une série noire, triste, limite stressante, à chaque épisode on ne sait jamais comment ça va se finir pour Ray. Il nous amène dans les bas fonds d’Hollywood, nous montre les vrais visages des riches et surtout nous montre la vraie face des Etats-Unis, peuplée de dealers, de violeurs, de mafias et de blanchisseurs d’argent. Seulement Ray Donovan est loin d’être un héros dans cette série, au contraire, il est détestable car il contribue à la bassesse de cette Amérique. Pourtant, on a tendance à l’aimer, à lui trouver des bons côtés, des excuses.

Pour jouer Ray Donovan, les producteurs ont trouvé l’acteur parfait, Liev Schreiber. Il n’a pas un physique de playboy mais il a un véritable charisme qui mange tout l’écran. Il arrive très bien à retranscrire le côté bad boy, mystérieux et ambigu de Ray. Liev Schreiber est entouré de Jon Voight (Macadam Cowboy), qui joue Mickey. Cet acteur, déjà oscarisé pour le film Le retour, prend parfaitement les traits de l’ex taulard, aux mœurs décadentes et à l’amour paternel étrange. La femme de Ray, Abby, est interprétée par Paula Malcomson (Hunger Games), elle est parfaite dans le rôle de la mère de famille. Son personnage devient anthipatique au fil des épisodes, elle a tendance à s’apitoyer sur son sort, elle est mal dans sa peau. J’ai de mal à accrocher au personnage.

La saison 2 se termine bientôt aux USA et avec elle, on assiste au départ de la créatrice de la série Ann Biderman, virée du show. Je me demande, donc, comment va se poursuivre les intrigues familiales de Ray Donovan sans la tête pensante de la série… Affaire à suivre. En attendant je vous conseille de découvrir les deux premières saisons !

La mangue

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s