DOCTOR WHO – Un nouveau visage et ça redémarre!

590479.jpg-r_618_x-f_jpg-q_x-xxyxx

Pour les aficionados de longue date de Doctor Who c’est devenu un peu une routine, la régénération du Docteur et la découverte d’un nouvel acteur pour l’incarner.

Même si on le sait et qu’on y est habitué, il n’est jamais facile de dire au revoir au Docteur en date et d’accueillir un nouveau, il lui faut souvent plusieurs épisodes avant d’être accepté totalement par les fans.

Cette réaction décrite semble assez assez incroyable et disproportionné mais c’est bien ce qui se passe avec le show Doctor Who et ses fans.

C’est l’un des seuls shows où l’acteur principal change au fil des années sans mettre en péril la continuité de la série. C’est aussi une façon de renouveler sans cesse une série qui devient au fil des années un miroir d’une société et de ses évolutions dans le temps.

Pour ceux qui ne connaissent pas bien ce show, je vous conseille de voir l’article que j’avais consacré pour les 50 ans de la série : lien ici.

Matt Smith, acteur qui a été le Docteur de 2010 à 2013, avait, à ses débuts, eu beaucoup de mal à se faire apprécier, remplaçant du très aimé David Tennant. Pourtant, il réussit par la suite à se faire accepter totalement par la majorité des fans, notamment de la nouvelle génération.

Steven Moffat avait pour le remplacer, à la fois surpris, déçu et satisfait les fans avec l’annonce du nouveau Docteur, Peter Capaldi.

Fan de longue date, l’acteur reconnu était déjà apparu en personnage secondaire dans des intrigues de Doctor Who et de Torchwood. Comme David Tennant, c’était un fan qui réalisait son plus grand rêve, devenir le Docteur. Par cela, il réussissait à mettre dans sa poche de nombreux fans, soucieux de l’intérêt et de l’amour porté à la série, pour incarner le Docteur.

Son arrivée a provoqué des réactions partagées, d’un côté il était chaleureusement accueilli car se rapprochant plus des Docteurs des premières saisons de Doctor Who, et de l’autre un rejet pour cet acteur trop vieux remplaçant le fringuant Matt Smith.

Effectivement depuis quelques années et générations, les Docteurs n’allaient qu’en se rajeunissant, ici on suit le sens inverse. Le Docteur a pris en peu de temps un sacré coup de vieux, relativement normal si on se rappelle qu’il est censé avoir plusieurs centaines d’années.

Cette inquiétude, Moffat a bien su la comprendre et en jouer. C’est ainsi que dans l’épisode introduisant le nouveau Docteur, il a utilisé Clara, la compagne du moment pour mettre en exergue ces questionnements : est-ce toujours le même Docteur même s’il a changé, même s’il est devenu vieux ? Que va-t-il en être de leur relation?

Et comme le Docteur le dit si bien, à la fois par le biais de Capaldi et de Smith en clin d’oeil rapide, c’est toujours le même Docteur, qui est en face de nous.

Bien sûr, chaque Docteur a ses spécificités qui permet à chaque fan d’avoir un Docteur favori. Dans ce premier épisode, il est difficile de cerner totalement la nouvelle personnalité du Docteur, en effet les épisodes de régénération nous plongent souvent dans un univers de chaos où le Docteur se remet tout juste de sa transformation et est encore un peu perdu dans son nouveau corps.

Ici l’épisode en lui-même n’était pas l’épisode du siècle, malgré un T-Rex dans Londres, c’était surtout un prétexte pour présenter ce nouveau Docteur et une nouvelle dynamique.

Déjà apprécié avant de l’avoir vraiment joué le rôle, Peter Capaldi avait un capital sympathie plutôt en sa faveur. Il me semble qu’il a réussi déjà à donner un peu de sa griffe au personnage. Il arrivera facilement à convaincre les quelques récalcitrants.

Ce Docteur semble encore bien excentrique, est-ce un dernier clin d’oeil à Matt Smith ou bien un trait de caractère de ce nouveau Docteur? Nous le verrons dans les prochains épisodes. On découvre aussi un Docteur plus sombre et imprévisible, bien décidé à ne plus être dans l’oubli et à mener une nouvelle mission d’envergure, sous-entendu, retrouver sa terre perdue, Gallifrey.

L’épisode était aussi l’occasion de revoir des personnages plus récurrents ces derniers temps, Madame Vastra, Jenny Lynt et Strax. Un épisode dont l’intrigue assez légère a permis aussi d’insuffler pas mal d’humour de la part du Docteur et des relations inter-raciales et inter-générationnelles entre tous les personnages.
Pour conclure, ce n’est pas un épisode à classer dans les annales mais nous avons ici une introduction sympathique au nouveau Docteur plein de promesses, et un peu d’émotion avec le départ de Matt Smith.

La Pomme

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s