#SEANCE CANAPE: COMME DES FRERES

revolver-comme-des-freres-b-o-f

Le premier film d’Hugo Gélin, Comme des Frères, sorti en 2012, avait bénéficié d’une grosse promotion et on entendait partout qu’il avait été plébiscité en grand nombre par le public et les médias.

J’étais restée sceptique sur le coup, je n’aime pas trop quand les médias applaudissent trop un film, même si le soutien populaire grandissant m’avait presque donné envie de le voir.

Quelques années plus tard, je décide que ce sera le choix de ma séance canapé, j’avais un à priori plutôt positif sur le choix du casting, tout en ayant peur de l’étiquette de comédie française.

Comme des frères, l’histoire de trois hommes se connaissant par le biais d’une femme, Charlie avec qui ils ont tous une relation très forte : d’amour, de fraternité, d’amitié. Tout débute avec l’enterrement de Charlie et sa dernière volonté adressée aux trois hommes : aller en Corse dans sa maison.

S’enclenche alors très rapidement un road-trip entre trois personnages qui n’ont pas grand chose en commun : Boris, homme d’affaires, Elie, scénariste pour la télé et le jeune Maxime, encore très enfant dans sa tête.

Ce road-trip est ponctué de flash-backs qui nous ramènent à différentes périodes de leur vie où ils étaient tous les trois réunis avec Charlie.

L’histoire n’est pas particulièrement très original, pourtant le film ne manque réellement pas de charme et reste à voir.

Il y a plusieurs raisons à la beauté de ce film. D’abord le casting composé de François Xavier Demaison, qu’on retrouve ici dans un registre semi-comique plus en retenue ; Nicolas Duvauchelle que l’on découvre dans un rôle un peu plus comique qu’à son habitude et le jeune et très talentueux Pierre Niney, de la Comédie Française (comme aime l’étiqueter les médias) qui  apporte un plus. Il y a une incroyable alchimie entre les trois acteurs. Mélanie Thierry incarne Charlie, une femme sensible, écorchée par la vie.

Ensuite, il y a la justesse, la drôlerie et le naturel des dialogues, des répliques que l’on garde en tête et qui , à mon avis, peuvent devenir vite cultes. Je ne vous en dis pas plus, mais il est question à la fois de lune et d’ananas.
On parle de l’amitié, de l’amour, de la mort, du deuil sans être dans du trop larmoyant ou trop caricatural. J’ai ri et pleuré à la fois dans cette comédie qu’on pourrait qualifier d’émotionnel. J’ai passé un très bon moment et je vous conseille de découvrir ce film à votre tour.

La Pomme

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s