EVERYDAY ROBOTS le premier album solo de DAMON ALBARN

damon-albarn-Everyday-Robots

 

On ne présente plus Damon Albarn, musicien touche à tout, médiatisé avec Blur, acclamé avec Gorillaz, écrivant aussi bien pour le cinéma que pour l’opéra. Pourtant ce n’est que cette année qu’il sort son 1er album solo, Everyday Robots.

Tout ce qu’il expérimente se transforme en succès à la fois commercial, populaire et critique. Il se fait connaître avec le groupe Blur. Le groupe britpop nous fait danser sur des tubes énergiques et sa musique évolue avec celle de son leader, Damon Albarn.

Une plus grande réussite encore, en tout cas de mon point de vue, avec son groupe Gorillaz où les membres du groupe sont représentées par des personnages de bande dessinée déguingandés et un peu effrayants. Gorillaz est un savant mélange de différentes influences : pop, indie, trip hop et n’hésite pas à s’aventurer vers de nouveaux sons, à collaborer avec des groupes et artistes très variés. Avec Gorillaz,  Damon Albarn s’éloigne d’un son plus acidulé, plus rond, plus doucereux qu’on pouvait trouver parfois sur Blur.

Damon Albarn, amoureux de la musique classique, on le retrouve dans l’écriture d’opéras. Dans le film de Rufus Norris, Broken sorti en 2012, il est le principal tenant de la bande son, mélange de ces différentes expériences, une reprise de Colours de Blur ainsi que des chansons tirant plus vers ce que propose Gorillaz.

Dans son nouvel album, Everyday Robots, on retrouve cette influence forte de Blur, Gorillaz et de l’opéras. C’est un résumé de toutes ces recherches musicales avec une touche plus World Music, des sonorités africaines sûrement lié sûrement à ces dernières rencontres et collaborations avec Amadou et Mariam mais aussi plus récemment au Congo avec le projet DRC Music et le collectif Kinshasa One two.

L’album que nous offre Damon Albarn est vraiment réussi, il a mis ces différents talents et goûts au service d’une musique un peu spleen, entre ballades mélodiques et musique expérimentale. On ne se lasse pas d’écouter cet album. Everyday Robots est à ajouter à son talent de compositeur, on peut parler aussi de la qualité des paroles. Il est important de souligner que l’album a été co-écrit et co-réalisé avec Richard Russel (propriétaire du label XL Recordings – M.I.A., XX, Gil Scott Heron).

Avec cet album, on n’est pas dans de la musique punchy mais plus dans un son prenant, qui vous envoûte et vous calme.

N’hésitez pas à vous faire une cure de bon son avec Everyday Robots.

La Pomme

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s