THE SESSIONS #SEANCE CANAPE

The-Sessions-Affiche-France

Encore une fois c’est par le biais de La Clémentine que je suis tombée sur le film The Sessions. J’en avais déjà entendu parler mais il ne m’avait pas assez attirée de prime abord.

La Clémentine venait de commencer à regarder le film, je me suis donc joint à elle pour voir ce que valait le film.

Pour faire simple, on y aborde un sujet encore tabou: la vie sexuelle mais aussi sentimentale des personnes handicapées. On en parle à travers l’histoire vraie du journaliste et poète Mark O’ Brien atteint très jeune d’une grave maladie, même s’il peut sentir quand on le touche, lui ne peut pas bouger. Il passe la plupart de son temps dans un poumon d’acier qui lui permet de respirer.

Au début, une amie lui demande de faire un article sur la vie sexuelle des handicapés ce qui l’amène finalement à consulter pour lui-même ce qu’on appelle une assistante sexuelle afin de relater son expérience. Celle-ci lui propose au cours de séances au nombre limité de reprendre conscience de son corps et à prendre sa sexualité en main à travers des exercices pratiques.

Pour être tout à fait honnête, au tout début du film avec La Clémentine, on se posait beaucoup de questions sur la sexualité d’une personne avec un handicap et en quoi consistait le travail de cette assistante sexuelle : prostituée ou assistante sociale ? Et puis au fil du film, on a finalement arrêté de parler et on s’est laissé prendre par l’histoire. Plus de questions triviales, mais une émotion et une prise de conscience se sont emparés de nous.

Le corps perd dans le film tout son caractère tabou, on met de côté une pudeur à la fois physique et psychique. En effet par le biais de l’expérimentation du corps, on parle aussi des émotions et des relations sentimentales.

Les deux acteurs principaux, John Hawkes et Helen Hunt incarnent avec justesse et délicatesse, dans un réalisme à fleur de peau, les deux personnages que sont Mark et Cheryl, l’assistante sexuelle. Corps et esprit ne font qu’un, malgré l’handicap, l’un influence l’autre. A travers sa découverte de lui-même, Mark impacte aussi sur les émotions et les vies des gens qu’ils croisent.

William H Macy (Shameless) en prêtre totalement décomplexé, à l’écoute de Mark et de ses questionnements sur la vie et sur Dieu, apporte de la légèreté et ouvre les horizons sur les problématiques que posent l’handicap, la sexualité, la croyance et l’esprit.

Une belle histoire bouleversante qui remet en question notre propre vision de la vie.

 

La Pomme

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s