NOE, quand Hollywood revisite la Bible

affiche-film-noe

La bande annonce de Noé était alléchante. Déjà avec un casting de rêve, Russel Crowe en Noé reprend les traits de Gladiator pour l’occasion, l’acteur est accompagné par les belles Jennifer Connelly et Emma Watson. Ensuite le décor majestueux avec des paysages islandais à couper le souffle et enfin un réalisateur qui a fait ses preuves, Darren Aronofsky (Pi, Requiem for a dream, Black Swan), ce qui nous donnent quelques bonnes raisons pour aller voir ce film.

Pour ceux qui auraient oublié, l’histoire de la Bible, voici un petit rappel des faits. Adam et Eve ont engendré trois fils, Abel, Caïn et Seth. Après le fratricide de Caïn sur Abel, les descendants de Caïn colonisent la terre, ils la détruisent et puisent toutes ses réserves. D’un autre côté les descendants de Seth vivent en harmonie avec la nature. Noé et sa famille, sa femme et ses trois fils, Sem, Cham et Japhet, sont les uniques descendants de Seth, avec leur grand-père Mathusalem (Anthony Hopkins). Noé reçoit un message du Créateur, il doit créer une Arche pour sauver tout les animaux avant que le Déluge ne s’abat sur terre pour tuer les Hommes, destructeurs et belliqueux. Noé va recevoir l’aide des Veilleurs, les anges déchus du Jardin d’Eden pour construire son arche et repousser les descendants de Caïn.

Ce film est un mélange entre le péplum et l’Heroic Fantasy, on s’éloigne beaucoup de l’histoire contée dans la Bible. C’est d’ailleurs ce que critique la communauté catholique. Ainsi pour éviter tout scandale religieux, le réalisateur a pris le parti de nommer Dieu, le « Créateur ». Darren Aronofsky va même jusqu’à mélanger les thèses créationnistes et évolutionnistes notamment lorsque Noé raconte à sa famille la création de la vie sur terre. Il nous parle du big bang, des cellules qui se multiplient, des poissons qui naissent et commencent à sortir de l’eau pour petit à petit devenir des singes, seuls les Hommes sont formés par le « Créateur ».

Le film n’est rien d’autre que du tape à l’œil, c’est un vrai blockbuster hollywoodien loin de la fresque biblique. Nous trouvons un Russel Crowe aux pectoraux d’acier pour incarner Noé, des Veilleurs qui ressemblent à des golem de pierre mal faits, même les animaux ont été reconstitués en 3D ! Le film étant tourné en Islande, les décors sont magnifique malheureusement on ne retient de ce film que l’Arche gigantesque.

Pour appuyer cet effet tape à l’oeil, le film est interminable, il dure 2h18. Il y a de sérieux problèmes de rythmes entre la partie de la création de l’Arche où Noé doit faire face aux descendants de Caïn et le Déluge où la famille se retrouve seule sur l’Arche. Ce moment est particulièrement long, il ne se passe pas grand-chose à part les questionnements de Noé sur sa foi et sa famille.

De plus, Noé est surtout une ode à l’écologisme. Les questions d’environnement qui concernent notre société actuelle se mélangent à l’histoire biblique. J’avais l’impression de voir un film de promotion pour Greenpeace : il ne faut pas manger les animaux, attention à la pollution, respecter la nature, etc, etc.

On est loin des films dont nous avait habitué le réalisateur, Darren Aronofsky. Noé n’est pas un chef d’œuvre cinématographique, juste un blockbuster américain, un de plus…

La mangue

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s