SEANCE CANAPE #2 AVEC THE MASTER

A la suite de La mangue, je reviens moi aussi sur l’un des films de Philip Seymour Hoffman qui m’a marqué et qui pour moi montre bien sa qualité d’acteur.

Sorti en 2013, The Master, est un film du réalisateur Paul Thomas Anderson, acclamé précédemment avec son très bon précédent film : There will be blood.

Ici il s’entoure d’un casting nec plus ultra : Philip Seymour Hoffman, Joachin Phoenix, Amy Adams. Le film raconte l’histoire d’un vétéran Freddie Quell, à la limite de la folie et assez violent qui n’arrive pas à s’adapter à la société post guerre. Il  trouve sa voie et du réconfort auprès d’une Église, La Cause, et de son fondateur Lancaster Dodd. Sa rencontre avec ce leader, d’une quasi secte, lui a été bénéfique et il se dévoue maintenant à corps et âme à la cause.

Même si Anderson le réfute, à travers cette histoire, on ne peut s’empêcher de voir des liens et des références à l’histoire de l’Église de la scientologie et à son fondateur L. Ron Hubbard.

Plus largement on y traite aussi de la question de la croyance, que ce soit une religion ou une secte. On questionne son impact,  l’espoir et les bienfaits qu’elle peut représenter pour chacun mais aussi ses dérives, ses arnaques, ses mensonges…

On voit comment cette “Église” a été fondée, quelles pédagogies et dispositifs elle met en place pour aider ses fidèles, convertir de plus en plus de disciples mais aussi éviter les contrôles du fisc, les accusations de charlatanisme…

On ne sait pas vraiment d’ailleurs jusqu’où les personnages croient en ce qu’ils défendent.

L’une des clés du film est la relation entre ces deux hommes: l’homme de foi Lancaster Dodd, incarné par Philip Seymour Hoffman qui essaie de sauver l’âme et la raison de l’homme détruit qu’est devenu Freddie Quell (joué par Joachin Phoenix). Ce dernier est prêt à tout pour lui et en devient dangereux même pour le business de la Cause.

Les trois acteurs cités auparavant sont tout simplement parfaits, tous les trois nommés aux Oscars dans les catégories de meilleur acteur dans un premier rôle, dans un second rôle et meilleure actrice dans un second rôle.

La photographie, l’esthétique du film est aussi à souligner. On peut aussi mettre en avant le superbe travail de Jonny Greenwood (du groupe Radiohead) qui a composé la musique du film.

Le film est assez intense. Il traite avant tout des relations humaines et comment elles peuvent s’organiser, la croyance de chacun en l’autre et en une entité peut être plus supérieure.

Ce film m’avait vraiment marqué et je vous le conseille donc fortement.

La Pomme

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s