DOCTEUR SLEEP, UN LIVRE QUI NE VOUS FERA PAS FERMER L’OEIL DE LA NUIT

StephenKing-DocteurSleep-albinmichel

Shining

Shining, c’est Danny Torrance, son Don et son ami imaginaire, Tony.

Shining, c’est des fantômes cruels.

Shining, c’est un père, Jack Torrance, en prise avec ses démons et voulant tuer sa famille.

Shining, c’est un huis clos dans un hôtel perdu dans la montagne, l’Overlook.

Mais Shining, c’est surtout la peur, le frisson et le fantastique.

Quand 36 ans après la parution de Shining, l’enfant lumière, Stephen King écrit la suite de la vie du petit Danny Torrance, je cours chez mon libraire pour acheter Docteur Sleep.

Ecrire une suite à Shining c’était prendre un risque. Les suites ne sont jamais à la hauteur des premiers livres. En faisant grandir Danny, qui se fait appeler Dan dans Docteur Sleep, Stephen King nous offre un deuxième volet remarquable.

Le livre se compose de deux histoires parallèles qui vont, bien sur, finir par se croiser. D’un côté nous retrouvons Dan Torrance. Au début du roman, et après un interlude dans son enfance, le petit Danny est devenu un jeune homme. Il se lève dans le lit d’une inconnue après une énième soirée de beuverie. Danny a sombré, il erre sans attache. Mais après avoir touché le fond, il rencontre les personnes qui vont l’aider à remonter la pente dans la ville de Frazier, Nouvelle-Angleterre. Il laisse tomber l’alcool et apprend à accepter son Don en aidant les personnes en fin de vie. Grâce à celui-ci, il va communiquer avec Abra, qui possède aussi le Don. Nous suivons donc d’un côté l’évolution de Dan et de l’autre l’histoire d’Abra, de sa naissance à son adolescence, une vie accompagné du Don.

L’autre histoire concerne un groupe de « touristes » qui nous amènent de villes en villes dans leurs caravanes. Au premier abord, ils semblent totalement normaux mais on découvre rapidement qu’ils cachent des secrets et qu’ils ne semblent pas si humains que ça. On ne comprend pas trop qui sont ces gens qui se font appelés les « Vrais ». On ne sait pas si ils sont gentils ou méchants, si on doit les détester ou les aimer. Mais très vite, ils vont révélés leurs vraies natures… Pour image, on pourrait les comparer à des croque-mitaines en short. Ils sont à la recherche d’enfants ayant le Don pour respirer, ce qu’ils appellent, la « vapeur ».

Le reste, je vous laisse le lire.

Au début du roman, j’ai eu du mal à suivre le cheminement de Stephen King. On est loin du huis clos de Shining. L’histoire de Docteur Sleep s’étire dans le temps. Le romancier installe ses personnages et cherche à nous faire comprendre leurs personnalités. Alors ne vous laissez pas décourager par les premiers chapitres car vous ne serez pas déçus. Quand on commence à comprendre le raisonnement de l’auteur on ne lâche plus le livre. Le maître du frisson arrive à nous faire ressentir de l’empathie pour les méchants. On en arrive à se dégoûter soi-même et à être perdu dans nos émotions. Un des sujets de prédilection de l’écrivain sont les enfants. Dans ce livre, les enfants sont à la fois les héros et les martyrs. Rien ne nous est épargné. En le lisant, on est presque content d’être devenu adulte.

En somme, si vous voulez vous perdre dans l’univers fantastique de Stephen King, si vous voulez retrouver Danny Torrance et son Don, si vous voulez vous détestez d’aimer des monstres, si vous voulez trembler de peur dans votre lit, n’hésitez plus et dévorez Docteur Sleep, vous ne fermerez plus l’œil de la nuit.

La mangue

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s