BATES MOTEL

Bates-Motel-affiche

Anthony Cipriano, connu pour ses films Terres Neuves et 12 and Holding, et Carlton Cuse, le scénariste de la série Lost, ont crée et produit une série sur l’enfance de Norman Bates. Les fans d’Alfred Hitchcock connaissent bien ce nom, c’est le tueur du célèbre film Psychose.

Au premier abord on pourrait se demander si faire un « prequel » sur le célèbre psychopathe est vraiment une bonne idée. Certains puristes crieraient au scandale ! Mais les créateurs de la série ont voulu se détacher de la temporalité de Hitchcock et transposer l’adolescence de Norman Bates dans notre époque. Ayant moi-même beaucoup aimé Psychose, premier film dans mes souvenirs qui m’ait donné le goût aux thrillers, j’ai été surprise de voir Norman Bates adolescent avec un smartphone à la main…

 Cependant on fait très vite abstraction de l’époque car même si les scénaristes de la série ont gardé l’histoire de fond, on se détache facilement du Norman Bates des années 1960. Le synopsis est simple: comment Norman Bates va devenir le psychopathe que l’on connait ? De l’achat du fameux motel à la relation limite incestueuse avec sa mère, Norma, rien n’est laissé au hasard. On est gêné, on est dérangé dans notre canapé à regarder naître un tueur, à voir la relation glauque qu’il entretient avec une mère très, trop, protectrice.

Les acteurs ne laissent pas les spectateurs indifférents. Norma est jouée par Vera Famiga qu’on a pu récemment voir à l’écran dans Conjuring : Les dossiers Warren, elle donne un côté femme innocente à la limite de la folie qui fait froid dans le dos.  Norman est joué par Freddie Highmore, le petit garçon de Charlie et la chocolaterie et Arthur et les Minimoys. L’acteur laisse tomber, petit à petit, son masque de l’enfance pour prendre les traits d’un futur psychopathe.

Dans un premier temps j’étais sceptique face à  Bates Motel, mais très vite mon scepticisme s’est transformé en curiosité. Le point de vue des scénaristes sur la naissance du tueur peut être sujet à débat mais si vous aimez les séries qui dérangent et qui vous laissez un goût amer dans la bouche n’hésitez pas à aller regarder par le trou de la serrure du Bates Motel.

 Je laisserais le mot de la fin à Carlton Cuse qui a répondu aux questions de Pierre Langlais pour Télérama :

« Si vous aimez ce film, [Psychose], c’est peut-être pour ses rebondissements imprévisibles. Peut-être aussi aimez-vous le fait que, malgré vous, vous vous êtes attaché à Norman Bates, quand vous ne saviez pas encore qu’il était un serial killer – pardon pour le spoiler. Cette ambigüité nous a inspiré, et nous espérons que notre Norman vous séduira, et que vous finirez par espérer que, au fond de vous, il ne devienne pas le monstre du film d’Hitchcock. »

La mangue

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s